Où sont nos monuments ?

Pour le 4ème numéro de la revue haïtienne des cultures créoles, DO KRE IS, consacré à la notion de Trace(s), j’ai imaginé un petit conte en court treize tableaux qui célèbre la survie de l’esprit brûlant et de la voix rageuse de l’esclave Solitude. Son souffle revient dans le vide laissé par la chute sur la tête des statues coloniales. « Je dis : l’histoire commence enfin dans l’absence souveraine de vos mauvaises pierres et dans l’ombre fraîche de vos soleils éteints.« 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.