Par un chemin dissimulé : pratiques décoloniales du récit (conférence / fr)

Dans cette conférence donnée sur zoom à l’invitation de l’Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles le 26 janvier 2021, je traverse certains des questions au travail dans mes recherches actuelles et notamment les gestes d’émancipation. En partant de l’exemple du stand-up, je tente de souligner les nécessités pour le geste performatif minoritaire de fabriquer son lieu d’énonciation en même temps que son discours. Par là, il m’importe de montrer que décoloniser est d’abord affaire d’écart, de lieu qui fuit et s’institue par les paroles emmêlées d’une communauté. Ainsi, pour nous défaire des héritages affectifs de la plantation, il sera nécessaire de dégager nos présences, nos corps et nos regards du chantage et de l’espace des maîtres. Il nous faudra aller ailleurs, car le lieu habitable par tous et toutes demandera à chacun·e de se déplacer et de perdre son confort.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.